La beauté sauvera le monde

Cette phrase de Dostoïevski résonne comme une injonction devant un monde dont la laideur nous éclate au visage à chaque détour sur les routes du monde. C’est ici, tout près ou bien tout là-bas.
La beauté est l’urgence absolue.
Beauté de nos gestes, de nos mots, de nos pensées.
Voici quelques mots trouvés au hasard de mes lectures:
« Si la Beauté nous a un jour interpellé par un regard, un jeu de couleurs, une harmonie, la dureté d’une situation humaine, un magnifique panorama ou une petite fleur, si de surcroît, nous avons quelque talent pour le dire, le chanter ou le peindre, surtout, sachons que cette Beauté est fragile et qu’elle nous enseigne qu’humus et humilité ont même racine. Si nous sommes conscients que Bonté et Vérité semblent aujourd’hui en situation d’impasse, et qu’il ne reste plus que notre pauvre pauvreté, comme l’argile dans la main du potier, pour pouvoir exprimer que la Beauté sauve le monde, surtout n’ayons pas peur de cette grande indigence. Offrons-la.

JN A: Et cela est tout un engagement.

O.F.: « La vraie Beauté est élan même vers la Beauté, fontaine à la fois visible et invisible, qui jaillit à chaque instant depuis la profondeur des êtres en présence » (François Cheng). La Parole qui est en nous, nous constitue. Elle nous révèle dans toute notre plénitude. Elle est reconnaissance de notre unité propre et elle s’exprime toujours par un oui à quelqu’un. Donnée, elle ne saurait être un contrat mais bien plutôt serment de cette reconnaissance et volonté d’en vivre. Aussi, si nous croyons que « la Beauté sauve le monde », que là est notre joie, entraidons nous toujours à y être fidèles et que, par cette attention réciproque, chacun entre en lui même dans ce chemin du don qui nous fait dire Oui ! »

http://agora.qc.ca/Documents/Beaute–Et_si_la_beaute_pouvait_sauver_le_monde_Dostoievski_par_Jean-Noel_Andre_Olivier_Fenoy